Le souhait de l’Effet Papillon est que tous les nouveaux patients qui reçoivent un diagnostic de cancer et / ou de pathologie longue durée puissent bénéficier d’un accompagnement complémentaire à leur traitement médical avec des soins de supports*. Concernant la cancérologie, la recherche en sciences humaines et sociales n’est pas très développée en France mais les études réalisées aux Etats-Unis, Québec et Royaume-Uni attestent de réels bénéfices pour les patients tant sur leur qualité de vie que sur leurs consommations de santé (psychotropes).

L’Effet Papillon a donc décidé de participer à des projets de recherche en sciences humaines afin d’évaluer les bénéfices apportés par les soins de support.

Entre avril 2014 et janvier 2015, l’Effet Papillon et la Clinique Victor Hugo ont collaboré ensemble dans le cadre d’une étude de faisabilité dont l’objectif était d’évaluer le mieux-être de patients touchés par le cancer bénéficiant d’un accompagnement soins de support pendant leurs traitements chimio thérapeutiques.

Titre complet de l’étude : Expérimentation pilote du mieux-être de patients atteints d’un cancer et traites par chimiothérapie sur le territoire du Mans (72).

Les premiers résultats ont été positifs et les patients ont exprimé le bienfait que cela leur avait apporté pendant les traitements. Douze patients ont bénéficié d’un accompagnement soins de support (sophrologie, socio-esthétique et réseau social Bliss) pendant six mois à raison d’une séance individuelle de chaque soin de support, trois semaines sur quatre.

L’étude nous a permis de valider la pertinence d’un accompagnement soins de support,  complémentaire aux traitements du cancer pour améliorer la qualité de vie des patients et nous a donné l’idée de poursuivre cette étude en imaginant une deuxième phase, actuellement en cours de réflexion.

Infographie étude

 

 

*« L’ensemble des soins et soutiens nécessaires aux personnes malades tout au long de la maladie conjointement aux traitements onco-hématologiques spécifiques, lorsqu’il y en a  » (Circulaire N°DHOS/SDO/2005/101 du 22 février 2005 relative à l’organisation des soins en cancérologie).